Vol AF 358

VON Dr. Wolf SiegertZUM Dienstag Letzte Bearbeitung: 5. August 2005 um 12 Uhr 21 Minuten

 

Diese Seite ist für jene "reserviert", die der Lektüre der franzöischen Sprache mächtig sind.

Für alle anderen werden hier zumindest zwei Abbildungen vorangestellt:

Dies ist ein Screenshot aus einer von der "Canadian Ministry of Transportation" für das Fernsehen freigegebenen TV-Sequenz, aufgestöbert über einen Link des Weblogs:
BLEU BLANC BLOG . Es zeigt besonders deutlich, wie nahe die auf dem Pearson International Airport in Toronto verunglückte Maschine an die Autobahn herangeschliddert war.

Und dies ist die "dramatische" Variante aus der Sicht der Autofahrer; sie stammt von CP / Jorge Rios und wurde wie auch die nachfolgende Chronik der Ereignisse über AP vertrieben. Nachzulesen zum Beispiel im "Nouvel Obs", in dem auf Grundlage der AP-Quellen nochmals die Chronologie der Ereignisse zusammengestellt wurde.

© Le Nouvel Observateur vom 03.08.05 (07:53)

TORONTO (AP) — Voici la chronologie des événements ayant marqué l’accident du vol AF358 d’Air France survenu mardi à l’aéroport international Pearson de Toronto (les heures sont données en heures locales):
- Peu de temps avant l’accident: Un orage fait rage aux alentours de l’aéroport international Pearson. Des éclairs sont signalés, de même que de forts vents.
- Vers 16h02 (20h02 GMT): Les lumières s’éteignent dans la cabine alors que l’Airbus A340 effectue ses manoeuvres d’approche de l’aéroport.
- 16h03 (20h03 GMT): L’avion touche sol, les passagers applaudissent le pilote pour avoir réussi l’atterrissage dans des conditions orageuses.
- Vers 16h04 (20h04 GMT): L’appareil ne peut s’arrêter, poursuivant sa route environ 200 mètres au-delà de la piste d’atterrissage et s’arrête dans un fossé escarpé. La queue de l’appareil est rapidement la proie des flammes.
- Quelques instants après l’accident: Les sorties d’urgence s’ouvrent, les toboggans de secours sont déployés et les passagers quittent l’appareil tandis que de la fumée fait son apparition dans la cabine.

Und in dem nachfolgenden Artikel aus der "Liberation" wird das "Wunder von Toronto" der hohen Professionalität der Besatzung des Fluges AF 358 zugeschrieben - was seinerseits wiederum professionelles Marketing ausmacht, das auch von den Meinungsmachern akzeptiert wird.

© Libération vom 3 August (13:33)

Le Pdg d’Air France, Jean-Cyril Spinetta, a rendu hommage mercredi au «professionnalisme» de l’équipage de l’Airbus A340 accidenté la veille à l’aéroport de Toronto. L’accident a fait une vingtaine de blessés légers. «Je souhaite rendre un hommage à tout l’équipage (...), saluer son professionnalisme (...) Je ne sais pas s’il faut parler de miracle, mais il faut parler de formation du personnel», a déclaré le patron de la compagnie aérienne française lors d’un point-presse à Roissy. Il a précisé qu’après l’évacuation, le copilote avait fait le tour de l’appareil pour s’assurer que plus personne ne restait à bord.

Jean-Cyril Spinetta s’est montré prudent sur les causes de l’accident, qui s’est produit alors que l’avion venait de se poser. «Je crois que la sagesse est d’attendre que les commissions d’enquête compétentes nous fournissent les éléments d’appréciation» a-t-il estimé.

L’aéroport de Toronto, fermé mardi en raison de violents orages, avait été «rouvert sous la responsabilité des autorités canadiennes» peu de temps avant l’atterrissage du vol Air France AF358 victime d’un accident en bout de piste, a-t-il toutefois souligné. Interrogé sur l’existence éventuelle d’un débat entre les pilotes de l’avion Air France et la tour de contrôle de l’aéroport international de Toronto sur l’opportunité de se poser, en dépit de l’orage violent, Spinetta a répondu «il semble que non, je le dis avec prudence» et rappelant que seul l’examen des boites noires permettra de déterminer de manière certaine les causes de l’accident.

«L’avion d’Air France était en attente et il a probablement été le premier à atterrir après la réouverture des pistes qui ont été fermées 30 minutes maximum», a indiqué de son côté Pierre-Henri Gourgeon, directeur exécutif d’Air France, lors du même point-presse.

L’A340 d’Air France était parti de Paris «sans tolérance technique», c’est-à-dire sans aucun problème technique, a affirmé Jean-Cyril Spinetta. L’avion avait subi une inspection le 5 juillet dernier.

«Je ne pense pas qu’il y ait eu de foudroiement», a déclaré Pierre-Henri Gourgeon. La perte de lumière dans la cabine de l’appareil est survenue seulement «quand l’avion s’est arrêté», a-t-il indiqué. Selon le directeur exécutif de la compagnie, l’atterrissage a été «normal», «mais il y avait probablement beaucoup d’eau sur la piste» tandis que le Pdg a évoqué des «rafales de vent». «Les conditions météo étaient sévères», a insisté Pierre-Henri Gourgeon.


 An dieser Stelle wird der Text von 5286 Zeichen mit folgender VG Wort Zählmarke erfasst:
7943955e53fedc93ae3c40381d1be0